Contes, historiettes et fabliaux …

A une époque où Internet ne serait même pas venu à l’esprit de ce génie visionnaire qu’était De Vinci et où, ce cher De Vinci n’était même pas né, les hommes avaient trouvé un moyen bien aisé de transmettre des informations, de commenter ou de critiquer des faits de sociétés. Je pense aux contes, légendes, fables et fabliaux, qui chacun à leur manière, avaient pour but de faire réfléchir ou comprendre en divertissant.
Mes pérégrinations du jour m’ont permis une heureuse constatation :

Les troubadours* ne sont pas morts !

Ils ont juste déserté les châteaux et les places publiques pour un lieu plus adéquat : Internet.

Oyé, oyé! voyez comme un genre bien ancien peut expliquer un phénomène d’actualité ! Découvrez au fil des mots qu’une chose complexe en apparence peut être mise à la portée de tous … Amis dépourvus d’humour, abstenez-vous de cliquer. Curieux, je vous en prie, faites, faites et riez bien !

Comment expliquer la crise économique à un âne

* le mot est à prendre dans son sens général de conteur et non strict de poète en langue occitane.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s