Comprendre nos chères têtes blondes

Apprendre, faire apprendre. Un défi, une nécessité, un plaisir.
Mais sur quels mécanismes se basent les apprentissages, du plus simple au plus complexe ? Comment, tout au long de notre vie, développons-nous nos aptitudes intellectuelles ou construisons-nous des stratégies de détournement pour pallier à nos manques et nos défauts?
Ces questions, parmi de nombreuses autres, sont au coeur des recherches sur le processus cognitif, la cognition ou autrement dit la compréhension de notre intelligence. Il ne s’agit pas de la quantifier ou de l’évaluer mais de saisir son fonctionnement, notamment en vue de l’utiliser au mieux.

Un sujet passionnant pour qui veut se comprendre ou aider les autres dans cette voie. Pour ma part, c’est le mystère que sont les enfants et les adolescents qui m’a conduit à la lecture d’un ouvrage qui fait désormais partie de mes indispensables :

couverturePsychologie du développement cognitif, d’Olivier Houdé et Gaëlle Leroux*

 » Toute la psychologie s’inscrit dans une double échelle du temps : la phylogenèse ou évolution des espèce (chiffrée en millions d’années) et l’ontogenèse ou développement du bébé à l’adulte (20ans). S’y ajoute aussi la « microgenèse », c’est-à-dire le temps beaucoup plus court d’un apprentissage ou de la résolution d’une tâche (des mois, des jours, des heures, des minutes, jusqu’à des fractions de secondes). Ce sont les « poupées russes » de la psychologie. Ainsi, chaque question psychologique est susceptible de trouver un éclairage, une réponse, sur un temps qui varie de millions d’années à des fractions de secondes ! » (extrait de l’Introduction, p.9)

Ce livre est initialement conçu pour des étudiants de psycho, niveau licence, cependant, il n’est pas nécessaire de vous inscrire à la fac pour le comprendre. Parfois un dictionnaire n’est pas superflu, en raison de certains termes -obscurs ?- propres au lexique du domaine d’étude mais cela n’est pas un frein à la lecture si l’on garde en mémoire qu’il s’agit d’un ouvrage spécialisé et non un ouvrage de vulgarisation. Autrement dit un ouvrage que vous ne lirez pas d’une traite et sur lequel vous reviendrez fréquemment, au gré de besoins spécifiques ou de rafraîchissements de la mémoire. A cet effet, d’ailleurs, le sommaire plus que complet et détaillé sera un outil précieux pour votre navigation dans les savoirs qu’il renferme.

Pourquoi le lire ?
La réponse la plus simple serait : pour assouvir votre curiosité. Toutefois, je concois bien que la curiosité n’ait aucune influence sur le nombre d’heures que contient une journée et que votre simple curiosité n’a pas de temps à vous faire perdre.

  • si vous souhaitez comprendre le fonctionnement de vos enfants
  • si vous souhaitez comprendre quelle part d’un individu peut provenir de l’inné ou être le fruit d’acquis
  • si vous souhaitez savoir comment se met en place l’apprentissage chez un enfant ou un adolescent
  • si vous souhaitez comprendre comment fonctionne le cerveau et le rôle que les émotions jouent dans l’apprentissage
  • en bref, si vous cherchez des réponses à vos questions sur le développement de l’enfant, pour votre propre usage ou pour un usage professionnel (enseignement, éducation, communication à destination des plus jeunes…)

Pourquoi ne pas le lire ?
Question plus difficile puisque je pense que tous les livres méritent d’être lus, ne serait-ce que pour pouvoir dire qu’on ne les a pas aimer. Là encore je dois pourtant céder la place à des arguments plus solides.

  • si les enfants ne présentent aucun intérêt pour vous
  • si la psychologie demeure pour vous une science occulte
  • si le jargon vous fait peur

Bien que ce type d’ouvrage soit assez compliqué à « vendre », j’espère avoir au moins … attiser votre curiosité !

Pour en savoir plus :
la fiche détaillé de l’ouvrage sur le site de l’éditeur se trouve ici, le cv d’Olivier Houdé est ici et celui de Gaëlle Leroux

En espérant que votre lecture soit pleine de découvertes !

* Editions PUF, collection « Licence Psycho », 2009, ISBN : 978-2-13-056835-3

Publicités

2 réflexions sur “Comprendre nos chères têtes blondes

  1. Ce post est intéressant de par son contenu, mais il y a une autre théorie bien plus simple et plus compréhensible si on a une certaine ouverture d’esprit. C’est d’ailleurs grâce à elle que l’on peut comprendre les gens en général et les enfants par la même occasion.

    Dans cette approche, il assez saisissant de voir comment l’enfant devient adulte par le simple fait d’apprendre, tout en acquérant des automatismes bon ou moins bon selon notre environnement, et notre capacité à nous imprégner des événements et/ou d’un simple enseignement.

    Ce principe commence par nos 5 sens qui nous relient à ce monde; l’ouïe, la vue, le toucher, le goût et l’odorat. Ces 5 sens transmettent à notre cerveau des informations, et aussi curieux que cela puisse paraître, elles peuvent être fausses, tout simplement parce que nos sens nous trompent au fur et à mesure des années. Vous avez tous entendu parlé de l’innocence des enfants, et la « soi-disant » maturité des adultes. C’est entre ces 2 états que tout se passe.

    L’enfant aurait d’avantage raison qu’un adulte dans sa démarche, car il est en phase d’apprentissage et ne sais pas encore distingué le bien du mal. L’adulte au contraire, pense avoir la solution à tort ou à raison selon les problèmes rencontrés, mais continue néanmoins à faire de nombreuses erreurs au cours de sa vie, sans que personne ne puisse le corriger comme un parent le ferait pour son enfant. C’est un peu comme si l’adulte tel qu’il est défini au regard de la loi, ou selon sa propre opinion, aurait achevé et consommé son enfance. Dans les faits ce n’est pas une réalité, alors que dans les termes, ça l’est effectivement.

    La seule différence réside dans la connaissance du monde dans lequel nous évoluons… car quoiqu’on en dise, on continue d’apprendre comme un enfant, mais avec une perception différente. Et cette perception n’est pas la même pour chacun… pourquoi ? Nous avons les mêmes 5 sens que tout le monde, passant du stade enfant au stade adulte. Alors où se situe les paramètres suivants, et les plus subtils de notre être, selon lesquels nous devenons différents au delà de ces fameux sens ?

    L’étape suivante est la suite logique de ces 5 sens, et ce qu’ils provoquent en nous. Nous avons un corps de chair rattaché à ce monde et chacun de nos sens y est rattaché. Néanmoins nous pensons sans qu’il y ai nécessité d’entendre, de voir, de toucher, de goûter ou de sentir. Saisissez cette subtilité et vous comprendrez à partir de là, qu’il y a de nouveaux des sens… ils sont au nombre de 5 également. Ce sont ceux-là qui marquent nos différences et qui grâce à eux, nous permettent de comprendre l’être humain sous toute ses formes. N’oubliez pas ! C’est d’une simplicité déconcertante pour qui a une ouverture d’esprit.

    C’est le principe même grâce auquel on comprend l’échec, la réussite et tout le reste… et la plus belles des choses selon moi, c’est qu’il permet d’apprendre à aimer et de comprendre les gens, de pouvoir se mettre à leur place. Alors si vous avez cette connaissance, vous pourrez leur donner un mot ou une parole de réconfort, les encourager… etc. Vous revenez à l’état d’enfant, avec une innocence qui vous montre que vous avez encore beaucoup à apprendre…..

    Il est tard maintenant ! On verra si la suite m’appelle.

  2. Votre réaction, Laurent, me fait revenir en mémoire une citation de R. Barthes :
    « Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé … »

    Partant du principe communément admis que l’enfant est un adulte en devenir, je me demande parfois – juste parfois, la plupart du temps, je suis raisonnable, je suis adulte, voyons – si l’adulte n’est pas davantage une mutation de l’enfant sous l’influence de la société.
    Une mutation différente pour chacun d’entre nous qui s’amorce à partir du moment où l’on prend conscience, non pas seulement du regard de l’autre mais de sa capacité à émettre un jugement négatif ou positif sur ce que nous sommes et ce que nous faisons et qui se poursuit à travers l’acquisition de règles morales et de valeurs.
    Loin de moi l’idée que cette mutation est une mauvaise chose, elle est nécessaire à l’échelle de la société et dans une certaine mesure, à celle de l’individu – nous savons à quel point une « construction bancale » peut être dévastatrice. Toutefois, je pense -et cela n’engage que moi – que cette mutation ne doit pas être totale et que l’enfant en nous se doit de survivre.

    Quoi de plus agréable que voir le monde avec des yeux d’enfant, se laisser aller à la rêverie, à l’émerveillement béat, à la bêtise – sans conséquence, celle qui fait du bien…
    En acceptant cela, on accepte également que nos enfants ne soient pas les mini-adultes que parfois notre société voudrait en faire, on leur ouvre l’opportunité d’atteindre un équilibre entre ce qu’ils sont et ce que la société impose, dans l’instant et pour l’avenir …

    Nul doute pour moi qu’il faut accepter l’enfant qui sommeille en nous pour réussir à interagir au mieux avec les enfants. Et cela n’est, à mon sens, aucunement incompatible avec l’établissement de règles, d’un cadre nécessaire -garanti par l’adulte – tant que celui-ci est expliqué et, en quelque sorte justifié.

    Après tout, l’éducation, la construction d’un enfant se fait par l’acquisition de concepts, mais comment le faire si ces concepts sont posés comme des vérités absolues, sans tenir compte de leur compréhension et leur réception par l’enfant.

    Bien entendu, cela ne remet nullement en cause la réalité qui veut que le développement de l’enfant se fait par étapes -ou stades – qu’il faut respecter mais qu’on ne saisit qu’en sachant observer et écouter l’enfant.

    Beaucoup plus simple à mettre en oeuvre dans le cadre du foyer que dans une classe de 35 petits individus différents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s